Brignemont Athlétic Club

24 février 2009

Match d'anthologie contre Quint Fonsegrive

                                            Ils ont vaincu le signe indien, et avec la manière !

Ils s'étaient fait malmenés et maltraités à l'aller par cette équipe qui se croyait tout permis, jusqu'à venir balancer des coups de savates à un joueur blessé au sol, Silfrid et casser le nez d'un coup de bille au soigneur Jean Michel Cabos

Si Quint avait marqué 34 points un peu aidés qu'ils avaient été, les rouge et noir de Brignemont leur en avaient quand mis 26.

Dimanche, à Brignemont il en fut tout autrement :

Les rouge et noir ont fait un excellent match, rigoureux, technique, très offensif à l’actif de tous les joueurs sans exception, une défense impeccable sauf une erreur qui coûte un essai, mais on ne va pas en faire une pendule même si sur le moment l'égalisation fait craindre un peu. Il ne fallait pas subir comme à l’aller, en rugby celui qui ne maîtrise pas perd. Sur la touche, blessés :Paul Séguéla, le 10, le 12 Florent Sanchez  et Iturzaeta l'autre centre dont les "remplaçants" n'ont pas fait dans la dentelle.

A l'ouverture Benoît Aubrespin a judicieusement éclairé et aéré le jeu par ses coups de pied, une tentative de dropt, çà il aime oppasse à 50 cm à droite. Yannick Graset blessé depuis la nocturne amicale de Reyniès a remis çà sans entraînement mais il est en condition physique notre militaire de carrière et ceux qu'il a palqué n'en ont pas forcément redemandé.

Le match :

Sur l’engagement, les verts de Quint Fonsegrive passent en vain 1 /4 d’heure dans les 22 locaux. Silfrid, le 15 puissant, volontaire, raméne le jeu chez eux suivi d’une série de rucks impressionnants.  Arrivés sur la ligne, les rouge et noir écartent petit coté et Wilfrid Andlauer, tel Vincent Clerc marque en coin à 16 mn. Transformation de Benoît Aubrespin qui a repris du service en 10. 7-0. C'est parti.

Devant Benoît Sartre en particulier et tous les avants font des rushes meurtiers, gagnent des balles en mêlées et en touches par Laurent Simion et Arnaud Marty. Derrière Silfrid remonte le jeu X fois de 30 à

50 m

. plaqué sèchement il sort groggy, il reviendra . Et au centre du jeu, avec un pack dominant Pierre Sartre en 9, maître à jouer, omniprésent, va s'en donner à cour joie et certainement faire son meilleur match et éclipser son excellent vis-à-vis qui n'est pas le pmier venu.

A la reprise, remodelage des centres, Silfrid rate un placage et bingo avant qu’ils n’entrent dans le jeu, le 15 visiteur s’intercale, mystifie la défense locale, essai transformé, 7-7. On va remttre çà comme dimanche dernier.

Les avants dominent par d’innombrables rucks, la balle vit en permanence, tous joueurs confondus, un vrai plaisir pour les spectateurs... de Brignemont. Les visiteurs acculés, sans solution, s’affolent, multiplient les fautes au sol et 2 pénalités de B. Aubrespin en 3 mn, 10-7 ouis 13-7.

Mais on commence à craindre les réactions de l'arbitre qui semble pencher pour les verts. un carton jaune à Laurent Simion pour un placage sévère certes mais normal commence à énerver le public local. Et après une mêlée relevée l'arbitre comprend vite que s'il continue dans ce sens çà va exploser.

Les attaques fusent et sur une des ¾ la balle parvient à Silfrid qui aplatit en coin 18 -7. Les verts qui étaient venu cherche la première place de la poule redoublent d'énergie. Le dernier quart d’heure sera chaud, mais ils  ne pourront rien face aux rouge et noir surmotivés. Wilfrid éclate un adversaire qui allait marquer en coin, c’est fini. Une victoire bien méritée !

Dimanche, on a vu un excellent Benoît Sartre, dans le jeu ouvert les rucks, il a té magistral pour lui-même et son éuipe et exténuant pour les adversaires.Les deux piliers, Sylvain Gabrielle et David Serveaux balle an main, ont fait des percussions énormes et toujours avancé. Christophe Choine n'a jamais fait un voyage pour rien ? Arnaud Marty a renoué avec sa condition physique, Laurent Simion est toujours aussi poison dans le jeu ouvert et dominateur en touche. Le jeune Romain Cussat se sent bien dans ce groupe et plus en condition que dimanche dernier. Gregory Dubac, le discret ne prend que des tickets aller pour ses déplacements comme Choine. Pasacl Bégué où qu'il soit n'est pas un cadeau pour les adversaires. Quant au capitaine Laurent Ousteau, il domine le sujet et sa prestation est toujours impeccable.

Notre Papy national, Eric Pardo tire toujours son épingle du jeu et parfois elle pique aussi.

J'en ai oublé un, qu'il me pardonne, j'igrore son nom et si je pouvais, je lui retirerai son carton jaune, mais son bouchon ne sentait pas le bouchon.

Quant aux  lévriers, les deux Frid, Wil et Sil, ils ont bien mis le bazard chez les adversaires et chacun mis son esai, que demander de plus ?

Et dans tout çà, le coach, Pierre Sanchez, il a peut être douté ces derniers temps et les résultats lui en donnaient le droit, mais il est bon, il a de la ressource et su retourner et remettre cette équipe dans le bon sens. après le match de La Barguilhère tous les espoirs étaient permis, il ne restait que quelques règlages à faire, il  su trouver lesquels.

Mercredi soir jour d'entraînement il faut remettre çà en nocturne à L’Isle en Dodon match en retard  et si la production du groupe est du même tabac, on peut espèrer.

Quelques absents quand même , tout le monde travaille et certains loin. On n'est pas des PRO ici.

Pour les photos, j'ai un problème d'ordiantur çà va se règler.

Posté par Joseph Dotto à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 février 2009

Dépêche BAC à La Barguilhère

                     Perdu 11 à 6 à La Barguuilhère, on aurait pu gagner avec 3 à 4 essais de + au compteur !

Encore un match de perdu alors que le BAC avaient toutes les cartes en main pour gagner.

D’abord l’excellent arbitrage qui a pu paraître sévère aux locaux qui faisaient trop d’anti-jeu, mais l'arbitre de Fonsorbes n’a rien laissé passer ce qui convient au BAC plutôt discipliné sauf ces deux aneries de balles grattées au sol qui coutent 6 points en arithmétique et beaucoup lus dans l'esprit.

Notre problème ? Trop de garçons en manque de condition physique sur retour de maladie ou manque d’entraînement, d’où une certaine fébrilité et en 2ème série les fautes se paient cash.

Silfrid a dû sortir après 20 mn pour manque d’air après une course de 50 mètres, il reviendra en 2 ème mi-temps.

Les avants sans exception,   sont à crédités d’un excellent match, en mêlée, touches, jeu ouvert et défense, particulièrement David Serveaux avec ses

135 kg qui a plaquer les attaquants à tour de bras,

sans parler de ses charges, dommage qu'il n'est pas joué plus longtemps.

Quant à Grégory Dubach discret mais touhjours présent et efficace, idem pour Christophe Choine qui chaque dimanche se révèle comme un guerrier conséquent.

Paul Séguela en 10 a souvent le feu au lac même si certains critiquent parfois ses choix, mais de sur la touch c'est plus facile. En première mi-temps, Pierre Sartre qui joue 9 s’engage à plusieurs reprises, perce le rideau défensif à 3 reprises pour échouer à quelques mètres de l’en-but. Et lui à qui on reproche ses individualités passe pour une fois la balle in extremis à son co-équipier qui la rate. Le public local tremblait dès qu’il avait la balle en main. Dimanche il a certainement été le plus dangereux des rouge et noir. Il a bien cornaqué sa ligne d'avant, créé la confusion chez l"adversaire balle en  main. Lui avait des jambes, dommage qu'il n'est pas été plus suivi. Wil est toujours aussi vif en attaque qu'en défense mais dimanche n'a pas été son jour de chance et pourtant.

Les locaux ouvrent le score sur pénalité : 3-0, puis 3-3 à la mi-temps.

A la reprise les locaux reviennent à 6-3, et le BAC  à 6-6. Rien n’est joué.

Christophe Choine s’échappe le long de la touche sur

40 m

mais se fait reprendre et sort touché à son épaule blessée. Un nouvel essai échappe à Pierre trop isolé, décidément. .

Et après un coaching  la ligne de ¾ remodelée qui n'a pas eu le temps de prendre ses repère apparait un lap de temps déstabilisée etencaisse un essai mortel transformé 13-6.

Les avants en remettent un coup, bousculent les locaux en mêlée, les enfoncent même sur

25 mètres

et marquent en coin 13-11, pas de transformation. Faut toujours y croire,et alors qu'ils jouent à 14 (carton balanc pour anti jeu au sol)ais réaction des locaux et après un avant dans nos 22, sur une seconde faute de ligne arrière, balle grattée sans appui, qui n'échappe pas à cet arbitre,  coup franc pour un 16-11 final.Les rouge et noir raménent le jeu dans les 22 vert mais se heurtent à une défense serrée, trop tard.

Sans ces fautes au sol, c’était au moins le nul. Beaucoup de regrets après cette défaite.

Posté par Joseph Dotto à 10:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 février 2009

Battu par Puylaurens à la maison, amertume

  BAC___PUYLAURENS_3_10_019Terrain excessivement lourd et ambiance tendue car ces 2 équipes se jouent depuis 2 ans, se connaissent bien, se respectent et se craignent tout autant.

A l’aller, Brignemont diminué devant avait la victoire en main (17-14) mais une prolongation surprise de 7 mn   permit aux locaux de taper 2 drops pour l’égalité puis la victoire à 20-17.

Cette année leur pack est moins lourd mais plus mobile aussi et plus athlétique.

Dimanche, avec un bon buteur ils auraient largement mené à la mi-temps, avec tous ces coups francs imprévisibles sur les « rucks », à l’appréciation des arbitres (le Tournoi des 6 Nations l’a montré samedi) et Brignemont a été loudement sanctionné par cet arbitre qui nous acvait paru bon lord du match de challenge gagné à Eaune. Brignemont avec une réussite sur deux a entretenu un score à l’ancienne de 3-0 de la 15 ème à la 50 mn.

Une touche comme les autres : Pas droite !

BAC___PUYLAURENS_3_10_003Et puis le tournant du match, une touche à 5 m au profit des visiteurs pas droite et cafouillée sur leur alignement que  l’arbitre positionné à l’arrière ne peut voir, un grand récupère la balle, passe entre l’alignement et la touche, leur talonneur ceinture le pilier Grégory Dubac qui ne peut défendre, et un essai comme à l’entraînement. En série, l’arbitre de touche ne peut intervenir. Transformé 7-3. puis un drop 2 mn après. 10-3. La douche

BAC___PUYLAURENS_3_10_008Le BAC réagit, décline un jeu très ouvert par ses avants, ses trois quarts, la balle vit, passe de main en main, mais la sanction reste toujours au ras de la mêlée ou des regroupements au sol. Le capitaine Laurent Ousteau  agasse l'arbitre par ses questions et est menacé d'unc carton La maaachine local se met en marche, repousse Puylaurens chez lui jusque dans ses 22, bénéficie de plusieursd coups qui seront joués à la main, mais comme toujours quand l'arbitre n'est pas favorable, il les fait rejouer ce qui casse le rythme et lauisse aux autres le temps de se replacer.

On a compris il reste quelques minutes et on ne pourra pas passer, lme match est perdu.  Grosse tension qui aurait pu t dégénérer mais les joueurs restent dignes malgré tout.

BAC___PUYLAURENS_3_10_017Puylaurens est heureux heureux de gagner ici , ils n'en espéraient pas tant même si comme tout le monde ils le souhaiaient..

Au BAC déçu. pour ne pas dire écoeurés, mais il faut faire avec, il n’y a qu’un BAC___PUYLAURENS_3_10_035gagnant.

Dans ce match, tout l monde y a mis du sien, on remarquera tout de m^^eme Paul Séguéla qui a courageusement relancé et tente de transpercé la défense adverse, peut être pas toujours soutenu ce qu'il aurait fallu, mais il est rapide et surprend tout le mode même les siens, l'absence de Florent Sanchez  blessé aux cervicales s'est peut être fait sentir.

Pierre Sartre a fait du bon et du moins bon en s'engageant parfois au lieu d'écarter, c'est le défaut de ses qualités.

Silfrid a allumé quelques pétards mais il était surveillé a lui aussi défendu à la serpe. Par contre Wilfrid a opposé une défense farouche et explosé plusieurs attaquants tout en essayant de percer aussi, à créditer d'un bon match.

BAC___PUYLAURENS_3_10_036 Devant personne n'a donné sa part aux chiens, les piliers et la seconde ligne n'ont pas fait dans la dentelle, et à défaut de pouvoir évoluer normalement avec cet arbitrage inique ils ont bétonné sévèrement, Christophe Choine toujours dans la discrétion fait peu de voyages pour rien.

Pauvres 3 ème lignes qui ne savaient plus quand ils pouvaient toucher le ballon, à force c'est frustrant et ce n'est pas Laurent Ousteau, le capitaine qui nous contredira

Et Pascal Bégué à quelque poste qu'il soit est toujours présent et efficace .

Avec un arbitrage normal, la victoire aurait certainement été au rendez-vous.

L'histoire se répète, on n'a pas de chance avec les clubs du Tarn.

Courage, les gars la saison n'st pas perdue et il faut essayer de rester dans les 4 premiers.

Pour cela le déplacment en nocture jeudi soir à L'Isle Dodon et lcelui d dimanche à La Barguilhère près de Foix nous fixeront un peu plus.

Posté par Joseph Dotto à 17:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 janvier 2009

Victoire à l'extérieur au Mas d'Azil 12-9

                                                   

Match indécis sans saveur comme l’arbitrage qui n’a jamais permis aux deux équipes d’avoir une référence et qui pouvaient s’enflammer à tous moments..

Vent dans le dos, les locaux ont fait une belle entame de jeu,  la troisième ligne le 6 et les trois quarts, rapides  portant le jeu chez les rouge et noir de Brignemont. A 5 mn, leur buteur passe la première pénalité accordée, 3-0. La défense rouge  toujours impeccable ne cède rien. .

Sur une phase de jeu au centre du terrain, le 9 de Brignemont, Pierre Sartre sur un coup rapide dont il a le secret, gicle derrière sa mêlée balle en mains et sa vélocité et ses contre pieds aidant, il mystifie toute la défense verte et marque un essai non transformé. 5-3 au quart d’heure. 2 mn après un local fait claquer un splendide drop des 50 m., 6-5.

Sous la mêlée, le talonneur Benoît Sartre prend 2 coups de pieds au visage et corrige l’auteur d’un coup de tête, un rouge, un jaune à chacun aurait pu faire. David Cau ,le razetteur, moins 40 kg le remplace. Le BAC joue désormais à 14.

Mi-temps 6-5. Plus de vent à la reprise. Les mêlées toujours aussi incertaines et brouillonnes en l’absence d’autorité. Les locaux marquent encore une pénalité en bonne position  à un quart d’heure de la fin. 9-5.Au lieu de temporiser et d’assurer ce score, trop surs d’eux, ils mésestiment les rouge et se font acculer dans leurs 22 où campe le BAC dont le réalisme va payer. A deux reprises ils tutoient l’en but, refus d’un premier essai  pour un en avant imaginaire, les rouge et noir remettent çà et sur un coup franc joué à la main à 10 m

, le capitaine Laurent Ousteau (l’obus)pointe son essai dominical transformé par Paul Séguela. 12-9. Contrat rempli et 3 points  à l’extérieur.

Pourquoi "l'obus" pour Laurent Ousteau ? Parce que pour ceux qui l'ont connu, ses pénétrantes  rectiilignes font penser à un certain Beaumontois devenu Agenais, Michel Lasserre.

Au Mas d’Azil on est sidéré, pour eux , la victoire pour le maintien et pour le BAC la qualif.

Dimanche on reçoit Puylaurens .

Posté par Joseph Dotto à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2009

Match 8 : Brignemont 10 - Eaunes 0

                                                    BAC : 10 - Eaunes : 0 pointé mauvais élève

BAC_Eaunes_10_0_027Premier match retour, Eaunes était attendu après leur triste prestation du match aller où ils avaient tapé comme des malades sous les yeux d'un arbitre tétanisé au bout de 20 mn et à l'ouest jusqu'à la fin du match.

On s'en souviendra : Ah vous avez déjà un jaune, alors un blanc pour un coup de pied à terre. Celui-là n'est pas venu à Brignemont dimanche.

3 Objectifs pour le BAC, les battre, ne pas leur laisser marquer un point et ne pas se laisser marcher dessus.

Terrain  lourd, 5 °et un brouillard à ne pas voir de l’autre coté du terrain !

Une inconnue, l’arbitrage comme toujours quand on ne connaît pas l'arbitre et çà a été le meilleur de la saison ce Mr Vilatte de Parnac dans le Lot.

Et c'est parti mon quiqui

BAC_Eaunes_10_0_001Sur le premier mouvement, Benoît Sartre qui faisait sa rentrée part balle en mais, un  vert veut l'arrêter, puis un second, tous les deux tombent comme des mouches et cherchent l'air et il a fait çà à la régulière, eux ne le connaissaient pas, à Eaunes, il était en déplacement à Beaumont.l. Sur la première mêlée, relevée, Arnaud Marty le 4 se rend et prend un jaune, 2 mn plus tard c’est son vis -vis qui remet le couvert et en prend un aussi. Les deux 4 dehors !

A chaque contact c’est chaud et violent mais les gars du BAC restent debout et applique la consigne à la lettre, et puis ils en avaient tous trop envie Mêlée chaude,un carton jaune aux deux « talons ».

L’arbitre cool a fait ce qu’il fallait au bon moment, reste vigilent et laisse faire. Il a en vu d’autres le lotois. Trop jeune pour avoir fait la guerre des tranchées, mais il laisse les opértions se dérouler.

BAC_Eaunes_10_0_074Silfrid rate un drop des 40 m d’un poil jsute à gauche en haut des poteaux. Paul n'a pas plus de réussite. Dommage.BAC_Eaunes_10_0_046

Les cisailles sont sorties à gauchee et à droite le travail pemanent des avants

La mêlée rouge et noir explose souvent celle des visiteurs, pas bon pour le moral, ils passent  souvent la marche àrrière et sur un de ces mouvements,au quart d’heure, essai du capitaine Laurent Ousteau en coin, transformé par Silfrid. 7-0, score à la mi-temps.

Le match continuera dans cet esprit, les visiteurs verts qui croient en leur jeu et n leur méthode se feront souvent sanctionner.  Paul et Silfrid rateront toutes les pénalités pas surprenant avec un tel brouillard et sans appui sur ce terrain détrempé.  Mais Paul en passe une à la 50 ème mn. 10-0. On est à l'abri d'un essai même transformé.Mais gigilance car dans cette équipe il y a quelques iBAC_Eaunes_10_0_032ndividualités de qualité et jusqu'au coup de sifflet final on ne sait jamais.

Pierre toujours à la pointe et Benoît actif et efficace

Petite avance que les locaux vont gérer jusqu’au bout.BAC_Eaunes_10_0_070

Dimanche les gars du BAC ont fait preuve d’une discipline et d’une solidarité à toutes épreuves. Ils ont tous répondu présent et les verts  contrés et contenus sur tous les fronts sont repartis penauds. BAC_Eaunes_10_0_080Il devraient méditer sur le fait qu'il vaut mieux jouer que se battre, à priori c'est plus rentable c’est connu, pas pour eux.

Bizarre cet esprit, il faut le faire, ils sont volontaireement rentré aux vestiaires avec les godasses sales alors que dehors il y a une brosse automatique avec un jet d'eau. et cerise sur le gâteau ilsont même tapissé les murs du vestiaire de boue, du jamais vu. chapeau les mecs

Avec un match de retard à jouer, le BAC est passé 4ème.

Dimanche déplacement au Mas d’Azil, pas forcément très facile, un autre programme, car ils n'avaient pas aimé perdre ici devant une équipe en série 3, l'an dernier. 

Daniel dans les nuages.

Posté par Joseph Dotto à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 décembre 2008

Match 7: Battus par Ramonville à la maison

                                                 Plus de 3ans d'invisibilité à domicile effacés dimanche.

BACV_Ramonville_10_20_103

Il n’y a pas mort d’homme, Ramonville a bien joué et a gagné. Brignemont a présenté des lacunes et a perdu, normal.

Ce match, le staff avait hésité à le faire jouer, compte tenu des blessés, le terrain gras était limite, on pouvait renvoyer, personne ne l’a voulu.

On est tombé certainement sur la ou l'une des meilleures équipes de la poule. Cette équipe joue correctement et l'a fait du début à la fin, et Brignemont qui a gagné tous ses matches en ce début de saison avec un pack déstabilisé à cause des départs d'abord, puis du cumul des blessés, présentait enfin dimanche un pack type solide et sans faille et il l'a prouvé.

Moi je suis l'arbitre Chinonis de Valence d'Agen.

Manque de pot, dimanche, ce sont les trois quarts qui avaient jusque là permis à l'équipe de cacher ses lacunes qui ont failli. Cà n'arrive pas qu'aux autres et juste un jour où il y a du jeu que du jeu.

La preuve par 9, pour les équipes qui bastonnent, pendant la baston, il n’y a pas de jeu, : Ramonville est l’équipe la plus correcte que le Bac ait rencontré depuis longtemps et ils ont gagné.

D’entrée, ils ont passé une puis 2 pénalités, 0-6. Silfrid en rate 2 de loin, Paul en passe une à la demi-heure, 3-6 et sur un hold up de Silfrid, course  de 70 m, essai. Le BAC revient à 10-6. Confiance à "équipe on tient le coup. Sur  pénétrante du pack, refus  d’un essai d’Arnaud Marty survolté, l’arbitre n’a pas la vidéo. On continue mais le BAC prend un essai face aux poteaux sur une erreur de défense, mi-temps à 13-10.

Déjà un peu la preuve du désordre dans la maison.

BACV_Ramonville_10_20_111

A la reprise, le pack joue solide et soudé, rien à lui reprocher, mais  la connexion avec les lignes arrière se fait mal, Silfried, Pierre, la fusée basque Iturzaeta, l’homme à l’oreille cousue ont tenté de beaux coups mais s’enferrent toujours dans la défense jusqu’à encaisser un autre essai.

Des flasshes personnels mais pas de cohésion et face àcette équipe çà ce pardonne pas.

Il est pas propre Daniel !

A 20-10 les carottes ne sont pas forcément cuites cuites. En 10 mn le BAC solidaire échoue sur la ligne à 4 reprises. .

L'habituelle hargne collective est venue trop tard, le mal était fait et ilfaudra boire la coupe jusqu'à la lie.

BACV_Ramonville_10_20_091

Christophe Choine y laisse une épaule  Et dernière pénalité 23-10. Dur mais logique.

Pour l'essai c'est de l'autre coté de la ligne, juste un coup franc à mon pied, tu vois mon doigt ?

                      On essai de le marquer cet essai ?

BACV_Ramonville_10_20_092 

BACV_Ramonville_10_20_115

L’arbitre Chinonis, un ancien talon de Valence d’Agen a loué la correction des  2 équipes, il a longtemps cru que les rouge et noir allaient revenir.  Pas aujourd’hui.

Dimanche prochain, déplacement à Launaguet, dernier de llala                                                                       la   poule il va fallloir  dégripper le maillon faible.

J'ai comme un truc à l'épaule

BACV_Ramonville_10_20_109 Arnaud : Cà va, le photographe, on le connaît le score !

Posté par Joseph Dotto à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2008

Match 6 Battus 5 essais à 4 à Quint Fonsegrives.

BAC_QUINT_FONSEGRIVES_34_26_156                                                  Un match pas comme les autres

Dimanche douche froide à Quint Fonsegrives., la cité de ‘internationale Nathalie Amiel, 55 sélections, plusieurs fois capitane de l’équipe de France, meilleure joueuse mondiale pendant 5 ans et aujourd’hui DTN de la même équipe, un conseiller de poids sur la touche. Brignemont a encaissé 4 essais en 30mn,  2 en 10 mn entachés d’« en-avant » que l’homme en jaune ne voit pas.10-0 et 29-0 la demi heure. Les supporters sont abasourdis et les joueurs assommés ne réagissent pas. Dans le même mouvement, Christophe Mellac, 2ème ligne sort le cuir chevelu ouvert pour finir à Purpan à la salle de couture pendant que le 9 Obierty arcade ouverte, sonné reprend sa place. Florent Aubrespin fait son entrée et à la 39ème minute fait pèter une interception sur 40 m et marque 29-5.Enfin !

BAC_QUINT_FONSEGRIVES_34_26_022Le BAC n'est pas mort.

A la reprise nouvel essai des verts, 34-5, çà ne s'arrange pas.

Mais Silfried qui avait repérer une failleentre un centre et l'arrière, avec son culot et ses moyens réalise une nouvelle interception et leur marque un esai que Paul transforme. marque 34-12.

Les rouge et noir commencent à respirer, construisent à nouveau leur jeu et les placages aux jambes reviennent au programme.

Les verts toujours sur d'eux à qui tout avait réussi jusque là et même l'arbitre  ne passeront plus rien mais deviennent physiquement plus agressifs.

L’arbitre de son coté semble considérer les rouge et noir. Le jeu se stabilise.

Florent Sanchez avec sa vivacité et sa vitesse mystifie la défense vBAC_QUINT_FONSEGRIVES_34_26_023erte;il est  pris debout, ine lache rienl se relève et marque 34-19 mais sort poignet out.

Le capitaine qui a pris une béquille doit sortir aussi, à ce ryhtme ce soir l'infirmerie est pleine.Florent Aubrespin est déjà sorti avec une douleur aux adducteurs..

Silfried le joueur qui dérange se fait prendre balle en main par 3 verts,écroulé en touche sur son épaule en convalo, soigne au sol par Manu Monruffet il est agressé au pied par 1,2 puis 3 verts, bagarre générale sur la ligne de touche, m^me les remplaçants du cru mettent la main à la pâte. Jean Mi Cabos, le soigneur s'approche veut calmer les esprits et prend un coup de boule pleine poire., le nez en truffe. un jaune pour le méchant c'est pas cher payé mais depuis le début du match on a un peu compris..

Coaching, Sylvain Gabrielle qui n'a pas joué depuis plusieurs dBAC_QUINT_FONSEGRIVES_34_26_051imanche rentre en pilier droit et secoue la mêlée qui recule à sa prmière intervention de plusieurs mètres , çà fait du bien au moral surtout dans les 22 adverses. Les visiteurs accumulent les fautes que l'arbitre sanscionne çà aussi çà fait plaisir mais la fin du match n'est pas loin.

Sur une de cesa ctions pas loin de la ligne des verts, les avants font fureur et Sylvain marque le 4ème ssai transformét marquera le 4 ème essai : 34- 26.

On ne rêve pas mais si d'aventure l'homme en jaune ajoutait les arrêts de jeu, il yaurait peut être encore du grain à moudre.

On e les’aura pas les 7mn d’arrêts de jeu, qui ont coûté le match à Puylaurens.

Une mi-temps pour chaque équipe, mais quel match ! La 2ème série BAC_QUINT_FONSEGRIVES_34_26_017n’est pas la 3 ème

L'arbitre est u polisson , Jean-mi veut porter réclamation pour le coup de boule qu'il a pris, l'arbitre annonce un chèque de 150 euros et qu'il va signaler Silfired qui râle tououirs et excite tout le monde.

Il ajoute que le soigneur n'a pas à re,ntrer sur le terrain sans son appel.. que çà s'est passé à 10 m de la touche (faux) il y a sufisament de photos pour çà.

A priori Jean Michel aurait porté plainte, qui a vu pourra témoigner

L'histoire drole : Dotto qui était là à prendre des photos appareil en main et sangle au vent a vu un point au bout d'un bras passer dedans et embarquer l'appareil qu'il n'a pas lacher, dommage cart il y avait une belle photo d'un pilier réunionnais quia a piquer une colère mémorable en créole qui a bloqué et tétanisé les méchants qui BAC_QUINT_FONSEGRIVES_34_26_149voulaient rentrer sur le terrain Il n'a pas eu besoin de lever la main mais il a fait un vrai AKA de guerrier.

Allez les gars, vous avez foiré la première mi-temps et pris un peu trop de points pour revenir mais la fin du match a été héroïque Sans ces 2 essais sur en-avant.... On peut tout dire après..

BAC_QUINT_FONSEGRIVES_34_26_153BAC_QUINT_FONSEGRIVES_34_26_158

Posté par Joseph Dotto à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2008

5ème journée BAC - La Barguilhère 12-3

BAC_LA_BARGUILHERE_12_3_001Public gâté, dimanche : beau match et excellent arbitrage d’un ancien 3 ème ligne de Montauban qui a mené son monde de main de maître Mais un score qui ne reflète pas la réalité.

C'EST MONSIEUR L'ARBITRE,

Il y la ongtemps que je n’avais pas vu un arbitre rentrer dans uen échauffourée et faire reculer physiquement les agrssifs d’un pack. Il y a perdu son sifflet mais çà l’a fait rire. Dommage qu’il n’est pas vu en fin de match le coup de savate qui arraché l’oreille d’Itur, à la limte de la touche, il était de l’autre coté.

Pendant 20 mn, les rouge et noir du BAC ont montré une maestria impressionnante :

-Par le pack qui fait reculer sans flemme son vis-à-vis de plusieurs mètres ,

-Et une flambée d’attaques qui ont semé le désarroi chez les visiteurs.

.BAC_LA_BARGUILHERE_12_3_023 Et contre le jeu, les visiteurs ouvre le score pas une pénalité à 10 mn, vite punis par un essai éclair de Pierre Sartre . L’an dernier on a pris un essai comme çà et le coach a fait la leçon : sur une pénalité on reste vigilant au cas où .

Là, la balle sur pénalité rebondit sur la barre, elle est judicieusement récupérée par un local, t passe à Pierre et tilt, lancé il va à dame.Pas de tranformation 5-3.

QUAND DAVID AVANCE, CA DEMENAGE.

Le jeu du BAC la rapidité et le nombre d’attaques tous azimuth qui fusent laissent croire que le BAC va scorer lourd, eh bè non, il manque toujours quelque chose au finish, un avant sur placage ou le dernier  porteur de balle trop isolé qui se fait prendre.

La fatigue aidant,  les bavardages et les gestes limites commencent à chauffer l’arbitre et la première sanctions, un jaune pour  Arnaud Marty  5 mn avant la mi-temps pour une mêlée relevée,qui en avbait un peu marre de se faire chauffer. Et à la reprise le 9 visiteur qui  eBAC_LA_BARGUILHERE_12_3_025mbrouille trop et semait un peu la m en prend un lui aussi.

FLORENT SANCHEZ, CETTE BALLE, ELLE EST POUR MOI.

Laurent Simion a fait une rentrée remarquée en 6, ajoutée à son habituelle domination en touche, avec Arnaud Marty, Christophe Mellac et les autres, les visiteurs ne l’ont pas eu facile.

L’ailier Guillaume Iturzaeta a déboulé sur 30 ou 50 m plusieurs fois, dommage qu’il lui manque à 3 m de la ligne le crochet qu’il a au départ , mais çà va venir, un petit règlage à faire., à, sa décharge la défense adverse revenait vite sur lui.

tous les ¾ , Florent Sanchez, Papy,Olive, Wilfried et le Blanco blond du BAC avec ses relances  et ses appuis ont semé la trouille chez les verts 

La charnière avec Obierty, la troisième ligne et  l’ouvreur Paul Séguéla ont constamment varié le jeu et fait courir l’adversaire, mais tout çà pour pas cher.

                                                                                 

ARNAUD MARTY A LA CORNE BAC_LA_BARGUILHERE_12_3_021 Les avants ont toujours avancé suivant à la lettre les consignes du cBAC_LA_BARGUILHERE_12_3_046oach Pierre Sanchez mais il y encore à faire. pour tout le monde d’ailleurs. Un petit chouya de plus et le BAC va démontrer qu’il est bien à sa place en 2 ème série, on l’avait déjà vu à Puylaurens. Cette deuxième place, il veut la garder et mieux si possible.

DANS LE VENT, LE VERT QU'IL A DIT PIERRE.

Il faudra attendre la fin du match pour enfin voir se concrétiser la supériorité évidente de Brignemont par un essai bien emmené et pointé par Wilfried Andlauer. Transformation de Benoît Aubrespin. 12-3. Score final. Mais j

Dépêche BAC La Barguil

Public gâté, dimanche : beau match et excellent arbitrage d’un ancien 3 ème ligne de Montauban qui a mené son monde de main de maître Mais un score qui ne reflète pas la réalité.

Il y longtemps que je n’avais pas vu un arbitre rentrer dans uen échauffourée et faire reculer physiquement les agrssifs d’un pack. Il y a perdu son sifflet mais çà l’a fait rire. Dommage BAC_LA_BARGUILHERE_12_3_047qu’il n’est pas vu en fin de match le coup de savate qui arraché l’oreille d’Itur, à la limite de la touche, il était de l’autre coté.

ITUR LES A CHAUFFE LONGTEMPS, ILS L'AVAIENT A L'OEIL, ILS ONT EU SON OREILLE.

Pendant 20 mn, les rouge et noir du BAC ont montré une maestria impressionnante :

-Par le pack qui fait reculer sans flemme son vis-à-vis de plusieurs mètres ,

-Et une flambée d’attaques qui ont semé le désarroi chez les visiteurs.

. Et contre le jeu, les visiteurs ouvre le score pas une pénalité à 10 mn, vite punis par un essai éclair de Pierre Sartre . L’an dernier on a pris un essai comme çà et le coach a fait la leçon : sur une pénalité on reste vigilant au cas où .

Là, la balle sur pénalité rebondit sur la barre, elle est judicieusement récupérée par un local, t passe à Pierre et tilt, BAC_LA_BARGUILHERE_12_3_043lancé il va à dame.Pas de tranformation 5-3.

La débauche de jeu du BAC la rapidité et le nombre d’attaques tous azimuth qui fusent qui laisse croire que le BAC va scorer lourd, eh bè non, il manque toujours quelque chose au finish, un avant sur placage ou le dernier  porteur de balle trop isolé qui se fait prendre.

PIERRE ET WILFRIED A LA CROISEE ... DES PASSES.

La fatigue aidant,  les bavardages et les gestes limites commencent à chauffer l’arbitre et la première sanctions, un jaune pour  Arnaud Marty  5 mn avant la mi-temps pour une mêlée relevée,qui en avbait un peu marre de se faire chauffer. Et à la reprise le 9 visiteur qui embrouille trop et semait un peu la m en prend un lui aussi.

Laurent Simion a fait une rentrée remarquée en 6, ajoutée à son habituelle domination en touche, avec Arnaud Marty, Christophe Mellac et les autres, les visiteurs ne l’ont pas eu BAC_LA_BARGUILHERE_12_3_056facile.

L’ailier Guillaume Iturzaeta a déboulé sur 30 ou 50 m plusieurs fois, dommage qu’il lui manque à 3 m de la ligne le crochet qu’il a au départ , mais çà va venir, un petit règlage à faire., à, sa décharge la défense adverse revenait vite sur lui.

tous les ¾ , Florent Sanchez, Papy,Olive, Wilfried et le Blanco blond du BAC avec ses relances  et ses appuis ont semé la trouille chez les verts 

ALLEZ CHRISTOPHE, C'EST WILFRIED (21) QUI MARQUERA.

La charnière avec Obierty, la troisième ligne et  l’ouvreur Paul Séguéla ont constamment varié le jeu et fait courir l’adversaire, mais tout çà pour pas cher.

Les avants ont toujours avancé suivant à la lettre les consignes du coach Pierre Sanchez mais il y encore à faire. pour tout le monde d’ailleurs. Un petit chouya de plus et le BAC va démontrer qu’il est bien à sa place en 2 ème série, on l’avait BAC_LA_BARGUILHERE_12_3_057déjà vu à Puylaurens. Cette deuxième place, il veut la garder et mieux si possible.

Il faudra attendre la fin du match pour enfin voir se concrétiser la supériorité évidente de Brignemont par un essai bien emmené et pointé par Wilfried Andlauer. Transformation de Benoît Aubrespin. 12-3. Score final. Mais jusque là avec 5-3 tout pouvait arriver.

IL LE MET L'ESSAI, WILFRIEDPOUR CINQ POINTS, LE VERTS DE DROITE VOULAIT LUI EN METTRE UN AUTRE.

Les 10 dernières mn chaudes les visiteurs de La Barguilhère jouant leur va-tout en vain mais en avec de nouvelles armes et dans ce match jusque là viril mais correct, Guillaume Iturzaeta reçoit au sol un coup de pied à la tête qui lui décolle le pavillon de l’oreille droite. Examiné par le Docteur Perrault qui par sagesse l’a envoyé aux Cèdres au cas où il y aurait , vu la profondeur des morceaux d’os. Après examen il a été recousu (11 points , un détail).

BAC_LA_BARGUILHERE_12_3_065OH LES COPAINS UNE OREILLE VENTILEE, CA FAIT MAL

Jusqu'à 5-3 tout pouvait arriver.

Les 10 dernières mn chaudes les visiteurs de La Barguilhère jouant leur va-tout en vain mais en avec de nouvelles armes et dans ce match jusque là viril mais correct, Guillaume Iturzaeta reçoit au sol un coup de pied à la tête qui lui décolle le pavillon de l’oreille droite. Examiné par le Docteur Perrault qui par sagesse l’a envoyé aux Cèdres au cas où il y aurait , vu la profondeur des morceaux d’os. Après examen il a été recousu (11 points , un détail).

La meilleure, comme il n’éavait pas sa carte vitale sur lui, il a failli ne pas être soigné, c’est la France d’aujourd’hui ! Alors un conseil les gars mettez votre carte vitale dans vos chaussettes avant d’entrer sur le  terrain, on ne sait jamais.

Second de la poule, avec d’autres, le BAC se déplace dimanche à Quint Fonsegrives.

Posté par Joseph Dotto à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2008

4 ème match : Perdu la tête haute à Puylaurens

                                                           BAC à  PUYLAURENS 17-20

Dans la Dépêche de Puylaurens du dimanche matin : "Brignemont on connaît pour l'avoir rencontré deux fois l'an dernier, un adeversaire rude, sans point faible avec quelques nouveautés..."

BAC___Puylaurens_17___20_005

BAC___Puylaurens_17___20_084  Malgré sept absents ou blessés, le BAC  aligne 20 joueurs dimanche à Puylaurens, et nourrit à priori peu d’espoirs deBAC___Puylaurens_17___20_018 victoire. Erreur, dans ce groupe, il n’y a pas de seconds couteaux et le coach Pierre Sanchez les a préparé dans cet esprit. Quant à Puylaurens, la Dépêche du Midi locale a annoncé le matin : « Premier choc de la saison » donc prudence.

Ces deux équipes se connaissent et se respectent.

A 10mn ,Puylaurens marque un bel essai transformé, Paul Séguela n’a pas bu la potion du buteur le matin et rate 3 pénalités. Comme     BAC___Puylaurens_17___20_015dimanche dernier , la vie était belle. Le BAC  résiste à cette belle équipe : Laurent non Eric BAC___Puylaurens_17___20_017Pardo dit Papy, BAC___Puylaurens_17___20_0692ème centre marque son essai sauvant l’honneur .Le BAC  encaisse un second essai et rend la politesse  par Guillaume Iturzaeta. Mi-temps à 14-14  rien n’est fait, puis enfin une pénalité de Paul, 17-14. Là les locaux commencent à douter n’arrivant pas à tourner cette équipe de Brignemont, malgré un  pack  plus lourd et une domination en touches.

BAC___Puylaurens_17___20_025 Jeu intense mais correct, et dans la demi-heure qui reste chacun joue son va-tout, l’arbitre  maîtrise mal, à sa décharBAC___Puylaurens_17___20_080ge

BAC___Puylaurens_17___20_041 ils jouent tous en rouge et noir malgré quelques nuances et  distribue des cartonsBAC___Puylaurens_17___20_076  blancs ou jaunes de par et d’autres et crispe les joueurs qui s’énervent aussi. Le public local gronde. Les cartons malgré l’appel du banc restent 12 à 13 m dehors. Surprenant l’arbitre que l’on connaît et qui a toujours été bon. Malaise. Les locaux ne peuvent percer le rideau défensif et  grâce à un drop des 30 mètres reviennent à 17-17. Match  nul équitableBAC___Puylaurens_17___20_058 qui soulage tout le monde. BAC___Puylaurens_17___20_025BAC___Puylaurens_17___20_036Chacun attend le coup de sifflet final mais l’arbitre va puiser 7 mn d’arrêts de jeu dans son chrono, crainte desBAC___Puylaurens_17___20_059 deux bords, tout peu basculer. Le rebond du match profite aux locaux qui par un nouveau drop des 40 m prennent la victoire aux locaux par. 20-17. Soulagement pour les locaux reviennent de loin. Fin du match mais quel beau match !

Sortis sur blessures Dubac, le pilier (hématome à l’épaule) et le capitaine Laurent Ousteau Christophe (coup de bille dans les cotes flottantes). Choine révèle ses qualités de guerrier chaque dimanche,il a tenu toute la partie en pilier gauche et n’a pas donné sa part aux chiens. Dubac de même. . Bon retour de Yannick Grasset après blessure, en 3ème ligne il a couper et découper l’adversaire et surtout les gros . Florent Aubrespin joueur polyvalent a tenu la différence en 2ème ligne avec Christophe Mellac et Daniel Cayrol. Eric Obierti en 9 a démontré une excellent vista en adaptant le jeu à la main ou au pied, Paul Séguéla en 10 a fait profiter l’équipe de toute son expérience et de sa puissance. Derrière les gazelles avaient mangé du lion et avec leur relances incessantes même de leur en but avec Pierre Sartre ont pointé 2 essais.BAC___Puylaurens_17___20_063

Après ce match, cette équipe sera certainement transfigurée et sans remporté le match a pris une belle victoire sur elle-même et construit un esprit prometteur. BAC___Puylaurens_17___20_123.

Posté par Joseph Dotto à 09:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 octobre 2008

3ème match : BAC- MAS D'AZIL 19 à 13

                                                            BAC MAS D’AZIL 19 à13

BAC___Mas_d_Azil_18_13_016      Un match gagné à domicile dont il faut savoir tirer des leçons.

        Nouveaux maillots offerts par trois joueurs, nouveau look. Furia, vista et  vélocité  locales BAC___Mas_d_Azil_18_13_006surprennent  et prennent les visiteurs à la gorge en ramonant constamment le jeu dans leur en-but.  Sous cette pression, la défense des verts commet des fautes et la botte de Paul Séguela engrangera 4 pénalités  pour un 12-0 à la mi-temps. De belles  noisettes  rassurantes.

Dès la reprise, les verts développent un autre jeu et relèvent la tête avec à leur tour un buteur qui passe 2 pénalités dont une en coin de 50 m. Puis sur une action et une progression bien maîtrisée du pack, le capitaine Laurent Ousteau jaillit comme un obuv au ras de la mêmée et va BAC___Mas_d_Azil_18_13_014marquer entre les poteaux. Imparable. Paul transforme 19-6. Cà roule mais mais dans la BAC___Mas_d_Azil_18_13_038dernière demi-heure de jeu, le BAC perd trop de ballons sous la pression des verts, encaisse un essai imparable à partir d’une erreur au ras de la mêlée, de surcroît transformé.. 19-13. Attention à 6 pts les verts peuvent gagner et feront tout pour. Solidaires, les rouges et noir résistent mais la condition physique de certains fait défaut.  Coup de sifflet final, on respire.

BAC___Mas_d_Azil_18_13_041Leçons à tirer BAC___Mas_d_Azil_18_13_075BAC___Mas_d_Azil_18_13_085:BAC___Mas_d_Azil_18_13_081

La 2ème série c’est pas la 3ème,face à des équipes  plus solides et mobiles, avec un certain métier, on ne peut jouer un tant soit peu en dilettante, chaque balle perdue peut peser lourd, il faut donc être présent  pendant 80 mn et pour çà la condition physique est indispensable et les 2 entraînements hebdomadaires aussi. A défaut, certains et les meilleurs vont s’user trop vite.

Dimanche, déplacement à Puylaurens. On connaît !

Posté par Joseph Dotto à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]